Archives 2016

AVRIL : LA GRAVURE COMME AVENTURE

SEPTEMBRE : DE FACES

 

DE FACES

 

L’exposition « De faces » présente à la Galerie Frontières trois séries de portraits réalisés par les artistes Bertrand Gadenne, Johanne Huysman et Frédéric Lefever.

La représentation sculptée ou peinte de la figure humaine, est un genre profondément enraciné dans la culture occidentale, à l’articulation entre le sacré et le profane, la société et l’individu.

Les artistes ont toujours cherché à représenter leurs contemporains. Les sculptures égyptiennes, grecques et romaines témoignent, dès l’antiquité, d’une volonté de retranscrire les traits de la personne.

L’Art du portrait s’épanouit au milieu du XVe siècle en Italie grâce au mouvement humaniste, mais aussi grâce à l’essor économique de certaines régions du monde. A cette époque les Flandres attirent des familles de marchands et de banquiers dont l’influence sociale est grande. Cette classe bourgeoise souhaite se faire représenter pour laisser son image à la postérité (comme les Arnolfini de Van Eyck en 1434).

L’évolution du genre résulte ensuite des différents mouvements artistiques mais celle-ci a aussi des raisons sociologiques, au regard les différentes catégories sociales auxquelles appartiennent les personnes représentées à travers les siècles.

L’apparition de la photographie va subitement priver les artistes peintres d’un de leurs prétextes  : la vanité du modèle qui tenait à immortaliser son effigie. L’autoportrait lui-même perd en partie sa raison d’être. Van Gogh sera l’un des derniers à interroger objectivement son propre visage pour y trouver les signes de son destin.

Le portrait peint, libéré de sa fonction première, deviendra alors un territoire d’expression pour les sentiments de l’artiste.

Le portrait qui a traditionnellement pour fonction ou comme résultat de fixer l’image d’un vivant pour qu’elle lui perdure fait place dans cette exposition à une conception antagoniste entre le visible et l’invisible

L’aspect énigmatique des portraits présentés ici ouvre un espace pour l’imaginaire du spectateur.

 

Bernard Lallemand

commissaire de l’exposition

FREDERIC LEFEVER

 

Quel rapport entre les façades de maisons que photographie Frédéric Lefever et le portrait  : «Souvent je photographie des maisons qui sont comme des visages avec ces fenêtres comme des regards. C’est un peu du portrait. » Nous dit-il (1).

« Dans les photographies de Frédéric Lefever, les maisons de Stella-Plage ne sont jamais des masques derrière lesquels les individus se protègent, mais l’expression du visage avec laquelle ils espèrent être remarqués ou reconnus » et plus loin « les façades des maisons de Stella-Plage se dressaient comme des visages » écrit Charles Arthur Boyer (2) à propos du travail de Frédéric Lefever.

Cette association entre la façade d’une maison et le portrait de son propriétaire élargi le champ habituel de celui-ci. La frontalité et le cadrage serré, renforcent cette filiation au portrait .

Mais s’il ne s’agit pas de masques comme l’affirme Charles Arthur Boyer, il s’agit quand même de portraits de façade qui cachent autant qu’ils révèlent.

 

(1) Le Soir, Bruxelles, 7 avril 2009.

(2) Texte Regarder le monde in catalogue « Rusty ».

 

 

BERTRAND GADENNE

 

Chacun des portraits présenté par Bertrand Gadenne nous montre une personne dont le visage est masqué par différents accessoires. On pense à une galerie de personnages s’apprêtant à rejoindre une fête costumée ou un carnaval. A moins qu’il ne s’agisse de masques pour une cérémonie tribale actuelle.

Ce qui est troublant dans cette série, c’est que le regard des personnes qui nous font face est absent. Nous indique-t-elle comme on le voit dans certaines tenues intégristes que le regard est impudique ?

Ces portraits sans regard masquent-ils l’identité des modèles ou peut-on déceler dans l’apparat des indications sur leur personnalité  ?

Si l’on se réfère au protocole mis en place par l’artiste (1) pour réaliser ces photographies : «... Comment apparaître sans se montrer, dans l’apparence de l’anonymat ? Se cacher pour mieux se montrer ? Révéler des souhaits personnels et intimes, des changements d’identité, des fantasmes et des rêves qui métamorphosent son apparence. Des attitudes collectives et individuelles qui prennent des formes diversifiées et qui émettent un jeu de pensées multiples... » mais le jeu est moins innocent qu’il n’y paraît car le masque « nie autant qu’il affirme » selon Claude Lévi-Strauss.

Bien souvent détenteur d’un secret, il tait, en effet, ce que seuls les initiés doivent savoir.

 

1 - Travail réalisé lors d’une résidence d’artiste en 2011 avec les élèves de terminale du Lycée Camille Claudel à Vitry-sur-Seine.

 

 

JOHANNE HUYSMAN

 

Johanne Huysman est peintre et sculpteur. En peinture elle réalise des portraits à l’encaustique dont les détails de la face sont absents. Elle prolonge ce procédé dans ses sculptures. Ces têtes sont taillées à la tronçonneuse ou à la scie dans des poutres de bois brut, à la manière de Georg Baselitz ou de Stephan Balkenhol, .

Johanne Huysman ne sculpte pas des portraits de personnes existantes, elle fait naître des visages au fur et à mesure de la taille sans idée préconçue. Mais au moment de faire apparaître les traits significatifs du visage (nez bouche, yeux), elle s’arrête « afin que la face ne soient pas identifiable » dit-elle. Ensuite elle enduit cette face d’une couche de peinture à la cire. Elle prétend que cet emplâtre est une protection. Une protection contre le regard des autres.

Comme pour ses peintures Johanne Huysman masque les faces, elle dissimule l’identité de ses personnages. Une face à peine ébauchée, recouverte de peinture, le résultat est surprenant et nous interroge sur les motivations de l’artiste. S’agit-il d’ébauches de visages, de visages mutilés ?

Quelle fonction revêt, l’inachèvement des figures ? Si l’esthétique de l’inachevé (non finito) de Michel-Ange nous renseigne sur sa conception de l’art et sur les relations profondes, souvent ambiguës, qu’il entretenait avec ses œuvres comme autant de masques de sa mélancolie, qu’en est-il pour Johanne Huysman ?

 

 

 

 

 

LES DERNIÈRES ACTUALITÉS

Date : 12/07/2019
Date : 19/06/2019
Date : 04/02/2019
Date : 03/12/2018
Date : 03/12/2018
Date : 03/12/2018
Date : 03/12/2018
Date : 09/11/2018
Date : 26/09/2018
Date : 26/09/2018
Date : 05/07/2018
Date : 17/01/2018
Date : 03/01/2018
Date : 18/10/2017
Date : 05/09/2017
Date : 21/07/2017
Date : 24/06/2017
Date : 03/04/2017
Date : 31/10/2016
Date : 20/09/2016
Date : 23/06/2016
Date : 22/06/2016
Date : 04/04/2016
Date : 25/04/2015
Date : 10/01/2015
Date : 10/11/2014
Date : 09/06/2014
Date : 15/03/2014
Date : 02/04/2013
Date : 13/06/2009